À Rouen, une femme reçoit un « plomb » dans le crâne en marchant dans la rue : la police recherche le tireur

Écrit par le 14 mai 2019

Alors qu’elle marchait dans la rue paisiblement avec une amie, une jeune Rouennaise a reçu un projectile à l’arrière du crâne… Il s’agit d’un « plomb » de la forme d’une balle de pistolet. Les services de police recherchent le tireur.

Après trois semaines d’arrêt de travail, Amélia — prénom d’emprunt — a repris le travail. « Sur le plan corporel, cela allait, mais sur le plan psychologique, c’était compliqué, je ne parvenais à comprendre ce qui s’est passé. J’ai eu besoin de temps. Je me posais beaucoup de questions : qui m’a tiré dessus ? Pourquoi on m’a tiré dessus ? Et puis, cela aurait pu avoir des conséquences graves comme me l’a dit le médecin des urgences.

Les circonstances du tir

Il y a tout juste un mois, Amélia marchait paisiblement avec une amie rue Malherbe en début de soirée. Elle allait alors chercher une baguette de pain, rive gauche, lorsqu’elle a entendu un sifflement. « Dans le même temps, j’ai ressenti quelque chose à la tête, à l’arrière de mon crâne. Mes oreilles se sont mises à siffler, j’ai eu chaud, j’avais mal… Je ne me sentais pas bien… », raconte-t-elle. La jeune femme passe alors la main dans ses cheveux et constate la présence de sang. Elle se rend alors aux urgences de la clinique de l’Europe, accompagnée de son amie. À ce moment-là, les deux copines ne comprennent pas encore ce qui s’est passé quelques instants plus tôt. D’autant plus qu’elles n’ont vu personne aux alentours.

« J’ai eu beaucoup de chance selon le médecin »

C’est le médecin de garde qui a permis d’établir le scénario : Amélia a été victime d’un tir. « Il m’a fait passer une radio et a constaté que j’avais un corps étranger à l’arrière du crâne… Un « plomb » qui ressemble à une balle ! Il l’a alors enlevé et m’a recousue. Selon le médecin, les dommages auraient pu être beaucoup plus importants. J’ai eu beaucoup de chance, car la balle s’est logée dans la boîte crânienne, mais ne l’a pas traversée. Elle est restée entre la peau et l’os ».

Plainte contre X pour « violences avec arme sans incapacité »

Depuis, les policiers du SIAAP, le Service d’intervention d’aide et d’assistance de proximité mènent des investigations pour tenter de remonter la piste de l’auteur du tir, qui risque jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Amélia pense que le tir provient d’un immeuble environnant : « Je mesure un mètre 70, et le plomb est entré en haut de mon crâne, alors cela doit venir des étages… » L’enquête policière le dira.

Antoine Gruez


Current track

Title

Artist

Background