Vendée Globe … Miranda Merron parmi les 32 navigateurs

Écrit par le 8 novembre 2020

En piste pour la longue route!
Miranda Merron, ainsi que 32 autres navigateurs solitaires, dont 5 femmes, s’est envolée peu après 14 heures pour un très long voyage, un tour du monde, seule à bord de son voilier de course. Le départ de cette 9ème édition du Vendée Globe a été retardé d’une heure, faute à un brouillard persistant sur le plan d’eau et qui masquait aux concurrents la bonne lecture de la ligne de départ. Le vent attendu au secteur Sud Sud Est est finalement parvenu à dissoudre ces brumes et les 33 voiliers ont offert le magnifique spectacle attendu de ces drôles de machines lancées à pleine vitesse vers une bouée de dégagement mouillée à quelques 7 milles du départ, devant la ville des Sables d’Olonne baignée de soleil.

Un peu trop gourmand sur la ligne, le Malouin Louis Burton (Bureau Vallée) volait le départ et écopait d’une pénalité de 5 heures d’arrêt, à respecter à sa convenance plus tard au large. Les voiliers dotés de foils, ces longs appendices latéraux destinés à sortir les coques de l’eau, montraient vite à quel point ils constituent une révolution dans le monde de la course au large. Jérémi Beyou (Charal), Samantha Davies (Initiatives Coeur) et Thomas Ruyant (LinkedOut) creusaient avant même la bouée un écart déjà conséquent, tandis que Nicolas Troussel, parti sous le vent de la flotte, impressionnait dans ce vent médium pourtant très inégal en force comme en direction.

Miranda Merron entrait elle avec sérénité et application dans son premier tour du monde en solitaire et sans escale. « Elle est partie d’excellente humeur, heureuse je le crois » attestait son compagnon Halvard Mabire, dernier à quitter le bord de Campagne de France. Anticipant le renforcement du vent attendu avec la tombée de la nuit, elle prenait d’emblée un premier ris dans sa grand voile, et s’élançait en second rideau, bien calée sur la meilleure trajectoire vers la bouée de dégagement qu’elle franchissait en 31ème position.

Accompagnée jusqu’aux 4 dernières minutes fatidiques avant le coup de canon de départ par ses fidèles équipiers, au premier rang desquels son compagnon Halvard Mabire, épaulé par Sam Holiday, Louis Duc et Hervé Jaqueline, elle se projetait déjà dans la négociation cette nuit de la première difficulté de sa course, le passage d’un petit front dépressionnaire cette nuit. Le vent tournera alors assez franchement au Nord Ouest, imposant un premier virement de bord important pour la suite des événements, qui incluent d’autres passages de fronts, plus virulents ceux là, avant d’atteindre la latitude du Portugal.

44 996 kilomètres d’océans, de déserts maritimes et d’aventure s’étendent devant l’étrave de Campagne de France. Miranda va les négocier kilomètre par kilomètre, consciente du privilège qui lui est donné, et décidée à les boucler en marin, respectueuse de son bateau et des éléments. Objectifs premiers, la préservation du matériel, tout en s’amarinant pour bien entrer dans cette longue route. Pour mémoire, seuls 53% des engagés au Vendée Globe depuis sa création en 1989 ont terminé la course.

Photos : Bertrand Duquenne


Current track

Title

Artist

Background